Vivre la PMA

PMA et bien-être, c’est possible ?

Si vous atterrissez sur cette page, vous êtes peut-être sur le point de vous lancer dans un protocole PMA ou AMP. Vous êtes peut-être en plein dedans. Peut-être attendez-vous impatiemment des résultats.🤞 Les nombreux traitements que nous imposons à notre corps dans ces moments-là ont souvent des répercussions sur notre santé et notre bien-être. De plus, à la fatigue physique, s’ajoute souvent une fatigue psychique. Il n’est pas toujours aisé de surmonter les montages russes de la Procréation Médicalement Assistée. Alors, PMA et bien-être, c’est possible ?

Difficile de trouver une compatibilité entre ces deux termes. Si on ajoute à cela les mille et une angoisses qui vous assaillent, il est fort probable (et tout à fait normal) que vous vous sentiez sur le point d’exploser. C’est le lot de toutes celles et ceux qui vivent au quotidien les aléas de la PMA.

Plutôt que d’étriper le prochain (ou la prochaine) qui vous dira que “tomber enceinte, c’est dans la tête”🤬 (véritable remarque, réellement entendue, dans la vraie vie, lors de mon parcours🤦), vous pouvez mettre en place quelques astuces pour inviter le bien-être dans cette période difficile. Je vous mentirais en affirmant que les tensions, la peur et la peine que vous ressentez disparaîtront. Néanmoins, ce sont des béquilles qui vous procureront un peu de réconfort. Car on peut essayer d’associer PMA et bien-être dans sa vie aussi souvent qu’on le peut.

1) PMA et bien-être : chouchoutons notre corps.

Le corps trinque sévèrement lorsqu’on enchaîne les protocoles. Votre ventre ressemble peut-être en ce moment-même à un arc-en-ciel de bleus. Les piqûres à répétition ne sont pas anodines. Pas plus que les douleurs ovariennes et autres réjouissances dues aux shoots d’hormones.

C’est le moment où jamais de se faire plaisir: crèmes hydratantes et soyeuses, bains relaxants, gommages à profusion. Vous avez besoin de vous faire dorloter. Sortez votre agenda et prenez rendez-vous chez l’esthéticienne, le coiffeur. Vu le nombre de rendez-vous qu’on assume lors d’un protocole PMA, on n’est plus à deux ou trois rendez-vous près, surtout si c’est pour offrir un peu de bien-être à ce corps aussi sollicité.

2) Reconnectons-nous à nos sensations.

Difficile d’être à l’écoute de son corps lorsqu’on le supplie intérieurement d’encaisser les traitements. On voudrait mettre la douleur en sourdine. C’est souvent dans ces moments d’ailleurs qu’on repousse les limites. Le pendant de cela, c’est que le corps peut nous lâcher au moment où on a le plus besoin de lui.

Pratiquer un sport comme le yoga ou la danse est très bénéfique pour écouter ce que le corps nous dit. Lors de mon parcours, j’ai pratiqué le yoga une fois par semaine. J’avais souvent la flemme d’y aller mais cette pratique m’a permis de me focaliser sur mes sensations. J’ai pu entendre ce que ce corps avait à me dire, et ne pas franchir les limites de ce qu’il pouvait supporter.

Comment concilier protocole PMA et bien-être au quotidien ?

Une technique qui fonctionne bien, c’est de consacrer 5 minutes par jour à son corps. Choisissez le moment qui vous convient le mieux: après votre réveil, avant de dormir, après le goûter (pourquoi pas😅). Installez-vous confortablement et éloignez toutes les sources de distraction. Commencez par analyser vos sensations au niveau des orteils, puis des pieds, puis des chevilles. Ressentez-vous des tensions? Avez-vous froid ou chaud ? Y a-t-il une zone qui crée de l’inconfort ? Poursuivez ainsi en parcourant mentalement les zones de votre corps jusqu’à parvenir au sommet de votre crâne. Reconnexion assurée!

3) Continuons de faire des projets et de vivre.

OK, je suis d’accord, plus facile à dire qu’à faire. Surtout lorsque notre vie est rythmée par les rendez-vous et les horaires chronométrés de la PMA. Néanmoins, la vie ne doit pas s’arrêter. L’un des pièges est de s’enfermer dans cette parenthèse.

Au contraire, c’est le moment de faire des projets. Planifiez le moindre moment qui vous changera les idées: week-end en amoureux, sortie entre amis, activités artistiques, pâtisserie. Choisissez en fonction de vos besoin, ici et maintenant. Allez vers les gens qui vous font du bien, et évitez le plus possible ceux qui ont tendance à vous saper le moral. Vivre, c’est affronter ce parcours de PMA, mais c’est aussi saisir le moment présent.

Ainsi, si vous devez être confrontée à des déceptions, une fois les moments de peine et de désespoir passés (on a souvent besoin de les vivre dans l’intimité d’ailleurs), vous pourrez vous imprégner de tous ces petits bonheurs. Cela ne vous mettra que dans de meilleures dispositions pour la suite du programme !

4) Parlons, exprimons nos désirs et nos craintes.

Il n’est pas non plus évident de se confier lorsqu’on vit de telles épreuves. Aux remarques bêtes (ou méchantes, ou les deux) que vous avez pu entendre, s’ajoute parfois l’ignorance des autres. Je pense néanmoins que les gens n’ont pas toujours les clés pour nous aider alors qu’ils le désirent. Il y a parfois beaucoup de pudeur. La crainte de ne pas savoir par quel bout prendre le sujet peut freiner bien des discussions également.

Exprimons-nous. Il existe de nombreux groupes sur les réseaux sociaux qui peuvent vous aider à traverser ce parcours du combattant. Vous y trouverez des témoignages, mais aussi des conseils pour vivre au mieux la PMA. Ça sera également l’occasion d’échanger avec les personnes qui traversent les mêmes épreuves que vous.

Parlez librement de ce que vous vivez avec les proches capables de vous écouter. Vous connaissez très certainement quelqu’un doué d’empathie : votre meilleure amie, un frère, une cousine, votre mère, un collègue. Je suis certaine que vous trouverez une main tendue sur votre chemin.

Dans le monde du travail, PMA et bien-être c’est compatible ?

Il peut-être aussi libérateur d’aborder le sujet dans son cercle privé comme dans son travail. Je me rappelle, lors de mon parcours, avoir évoqué ce sujet rapidement au travail, notamment avec les collègues dont je me sentais proche. Déjà, ça a permis de lever des inquiétudes. En effet, les collègues voyaient bien que je m’absentais régulièrement et que j’étais souvent éreintée. J’étais bien contente d’être entourée par des personnes bienveillantes lorsque j’apprenais les mauvaises nouvelles qui me dévastaient tant. J’en profite pour leur exprimer à nouveau ma gratitude (elles se reconnaîtront🥰). J’ai rédigé un article plus détaillé, “PMA et travail, comment les concilier ?” afin de développer plus largement le sujet car il y a beaucoup de choses à dire là-dessus.

5) Soyons fières de notre parcours !

Il faut beaucoup de courage et de détermination pour oser se lancer dans un tel parcours du combattant. Non seulement vous mettez votre corps à rude épreuve, mais vous chamboulez tout votre quotidien. Lorsque la PMA entre dans notre vie, elle devient (presque) un membre à part entière de la famille. C’est un peu comme un pote relou qui vivrait constamment à vos côtés.😂

Peut-être avez-vous été traversée par des sentiments négatifs : colère, envie, honte. Lorsque les annonces de grossesses se multiplient autour de nous, elles nous renvoient à notre propre vide intérieur. Elles ne font que décupler notre besoin de maternité. Je pense que c’est humain et tout à fait normal. Il faut même accueillir nos émotions et les accepter pleinement.

Et si ?

Et si on transformait ensuite tout cela en énergie positive ? Vous vous battez pour la vie. Vous avez choisi d’être active plutôt que de rester passive face à votre destin. Je peux vous assurer que j’ai morflé pendant les traitements. Notre monde s’est souvent écroulé, toutes ces fois où les tentatives se sont soldées par des échecs cuisants. Affronter la PMA, c’est déplacer des montagnes. Une chose est sûre : on se découvre des forces qu’on ignorait. Cette force est en vous. Alors, soyons fières de notre parcours !

Il serait hypocrite de dire qu’on connaît une plénitude totale lorsqu’on affronte les affres de la PMA. Néanmoins, on peut rendre le quotidien plus supportable en s’aimant et en invitant le bien-être chez soi.

Cet article, je l’ai écrit avec le cœur, avec les tripes. J’espère sincèrement qu’il aura pu vous donner quelques pistes pour que les protocoles PMA soient des compagnons de route et non des ennemis. N’hésitez pas à commenter et à proposer d’autres pistes pour allier PMA et bien-être. Vous pouvez aussi me rejoindre sur le compte Instagram du blog pour en discuter. Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.