Changer de voie pro

Oser la reconversion professionnelle : on saute le pas ?

Aujourd’hui encore, vous vous êtes rendu au travail sans conviction ? Vous vous sentez de moins en moins en accord avec ce que vous faites ? Vous avez des envies d’horizons nouveaux ? Ces questionnements, bien légitimes, reflètent-ils un ennui passager ou un désir de changement plus profond ? Il y a des jours où on aimerait tout plaquer, tout recommencer, sans se retourner. Alors, oser la reconversion professionnelle : on saute le pas ? 🤔

Les témoignages de reconversions réussies pullulent dans les médias et sur les réseaux sociaux depuis plusieurs années. Vous aussi, vous avez entendu parler de cet architecte qui a tout abandonné pour devenir artisan ? Vous avez frissonné en écoutant la conférence de cet entrepreneur à qui tout réussit ? Cette femme qui travaillait dans la communication et qui s’épanouit dorénavant en vivant de sa passion, vous avez secrètement envie de prendre sa place ? Et si c’était vous ? Enfin, vous vous sentez prêt à quitter ce train-train qui ne vous correspond plus.

Vous voudriez aller de l’avant et vous épanouir ailleurs. Cependant, le cheminement ne peut se faire en une semaine. Comment plonger dans le grand bain de la reconversion professionnelle sans se planter ? Cette question taraude tous ceux qui souhaitent réinventer leur vie professionnelle.

1) Se questionner avant d’oser la reconversion professionnelle

À l’issu du premier confinement, au printemps 2020, quasiment 1 Français sur 2 souhaitait changer de voie professionnelle. Lorsqu’on observe les chiffres de plus près, on s’aperçoit que 17% des actifs ont réussi leur reconversion. En ce qui concerne les 17% restants, soit les actifs sont en plein processus de reconversion, soit ils y songent et se documentent.

Effectivement, le passage à l’acte ne peut se faire sur un coup de tête. Vous savez ce que vous laissez derrière vous, pas forcément ce que vous trouverez. Mieux vaut prendre le temps de la réflexion. Vous y verrez plus clair et pourrez déterminer s’il s’agit d’une passade ou d’une envie profonde. Depuis quand ressentez-vous une forme de lassitude ? Est-ce lié à un changement de direction ? À une nouvelle organisation du service ? À un projet qui ne vous botte pas plus que ça ?

Comment faire le tri dans ce tourbillon de questions ?

Visez l’efficacité. Prenez un carnet. Notez durant 1 mois tous les griefs qui vous passent par la tête lorsque vous pensez à votre travail. C’est le moment de vous lâcher. 😅 Au bout de cette période, faites le point. Vous pourrez davantage vous poser les bonnes questions. Quels sont les éléments qui reviennent sans cesse ? Avec du recul, y a-t-il des points que vous aimeriez rectifier ? Votre jugement aura peut-être changé selon les jours et votre météo intérieure.

Renouvelez l’expérience durant 2 mois, en suivant le même processus. Lorsque 3 mois se seront écoulés, vous pourrez dresser un bilan plus complet. Y a-t-il eu des évolutions durant toute cette période ? Vos griefs ont-ils changé ? Faites le tri dans vos notes. Quels sont les reproches qui relèvent des jours où vous étiez plus fatigué, plus sensible ? Quels sont ceux qui semblent plus profondément ancrés ? Vous obtiendrez des pistes de réflexion très intéressantes.

Pourquoi attendre ?

On a parfois envie de se précipiter lorsqu’on envisage une reconversion professionnelle. Pourquoi attendre, puisqu’on veut aller de l’avant ? Le temps est un allié précieux qui vous aidera à faire les bons choix. Au bout de cette expérience de 3 mois, vous prendrez de la hauteur sur ce que vous avez écrit au fil des semaines. On dit que la nuit porte conseil, les semaines aussi. Vous pourrez davantage constater si ce désir de reconversion professionnelle n’est qu’une passade. Au contraire, si vous lisez qu’une lassitude importante s’est installée, alors la reconversion professionnelle relèvera plutôt d’une envie profonde. Dans tous les cas, il est capital de se questionner avant de se lancer.

2) Oser la reconversion professionnelle : par quoi commencer ?

Alors, c’est sûr, vous avez besoin d’un vrai changement professionnel ? Encore une fois, ne vous précipitez pas. Quitte à abandonner un métier, autant faire ce qui vous motive vraiment. Ou du moins ce qui vous rendrait réellement heureux. Si vous êtes complètement perdu, le bilan de compétences vous aidera, dans un premier temps. Il vous permettra de faire le point. Ce dernier vous fournira des pistes. Même s’il ne vous donnera pas la formule magique de la reconversion réussie, il tissera des liens entre vos compétences, vos envies et vos domaines de prédilection.

Connaissez-vous la méthode Ikigaï ?

La méthode Ikigaï, centrée sur l’épanouissement personnel peut être un excellent moyen de s’interroger. Cette méthode japonaise vise avant tout l’introspection. Elle vous invite à partir en quête de votre raison d’être. Ramenée au domaine professionnel, elle permet de déterminer le métier qui fait sens pour vous. Vous êtes alors amené à vous interroger en fonction des 4 grands axes suivants:

  • Qu’aimez-vous faire dans la vie ?
  • Quelles qualités et compétences pourriez-vous offrir au monde ?
  • Quelles sont les compétences pour lesquelles on vous payerait ?
  • Concrètement, que pourriez-vous apporter au monde ?

Le métier qui vous permettrait de vous accomplir (ou du moins le domaine d’activité) se trouve à l’intersection de ces 4 pôles. Ainsi, partir en quête de son Ikigaï, c’est ouvrir le champ des possibles et entamer un vrai travail d’introspection.

Comment être sûr de ses choix afin d’oser la reconversion professionnelle ?

Lorsqu’on souhaite se diriger vers un autre métier, on se fait parfois une idée erronée de sa réalité. Pour éviter d’être déçu, discutez avec ceux qui l’exercent : ils sont ancrés dans le quotidien de cette profession. Les réseaux sociaux vous donneront l’occasion d’échanger. Rejoignez les groupes liés au métier que vous visez. Et posez des questions. De plus, une lecture régulière des publications vous éclairera. Vous pourrez vous renseigner sur les débouchés possibles, ou les projets à mettre en place pour atteindre vos objectifs. Vous rencontrerez très certainement des personnes avec un parcours similaire au vôtre. Rien de tel pour faire avancer votre projet et être sûr de vos choix !

 

Passé ce questionnement, n’hésitez pas à effectuer un stage dans une entreprise. Ainsi, vous vous immergerez concrètement dans cette nouvelle profession. Il n’y a rien de plus efficace pour se projeter et voir si on fait fausse route. Vous noterez très vite s’il y a des blocages. D’ailleurs, certains sites internet proposent des mises en relation entre professionnels et stagiaires moyennement quelques dizaines d’euros. Une plateforme comme testmonjob.fr est idéale pour se lancer. Le panel des professions proposées semble plutôt étoffé.

Et l’avis des autres, on l’écoute ?

Discutez de votre projet de reconversion avec votre entourage. Vous y puiserez certainement encouragements et conseils. Cela peut également être délétère. Si vous vous apprêtez à quitter un certain confort de vie, vous vous exposerez sans doute à l’incompréhension des autres. Parlez plutôt de votre projet aux personnes qui vous connaissent le mieux, à celles qui vous proposeront des pistes ou vous donneront des conseils en toute bienveillance.

3) Oser la reconversion professionnelle grâce aux filets de sécurité

Si vous êtes fatigué de votre métier actuel, vous avez certainement envie de le quitter le plus vite possible. Cependant, placer des filets de sécurité autour de votre projet vous évitera des déconvenues.

Filet de sécurité n°1 : l’argent

Lorsqu’on interroge les personnes qui rêvent de reconversion professionnelle, l’argent reste le frein principal. Bien entendu, il est très angoissant de quitter une stabilité financière pour aller vers l’inconnu. Sortir de sa zone de confort reste effrayant. Voici quelques questionnements qui vous aideront à faire le point :

  • Quelle somme d’argent puis-je mettre de côté si je reste encore 3 mois, 6 mois, 1 an, au poste que j’occupe actuellement ?
  • Quelles sont mes charges fixes mensuelles ?
  • Est-il possible de réduire certains postes de dépense ?
  • Si oui, quelles stratégies mettre en place ?
  • Quelle est la somme minimale dont j’ai besoin pour vivre chaque mois ?
  • Quels seront les crédits à rembourser dans les années à venir (maison, voiture, etc.) ?
  • Certains de mes proches pourront-ils m’aider ou me soutenir en cas de coup dur ?
  • Quelle est la somme que je souhaite économiser pour assurer mes arrières avant de sauter le pas ?
  • Combien de temps cette somme me permettra-t-elle de tenir ?

Filet de sécurité n°2 : la disponibilité – le congé sabbatique

Selon la profession que vous exercez, vous avez peut-être la possibilité de mettre votre carrière entre parenthèses. Que ce soit une disponibilité ou un congé sabbatique, vous éviterez de couper définitivement les ponts avec votre emploi actuel. Ça peut être un bon compromis pour minimiser les risques. Le jour où vous aurez des regrets, vous pourrez revenir.

Renseignez-vous sur la période : 6 mois ? 1 an ? plusieurs années ? Peut-être qu’il vous faudra prendre en compte la durée d’une formation, nécessaire à certaines reconversions. Tout dépendra de votre projet. Si vous prévoyez d’ouvrir une micro-entreprise, par exemple, il faudra prendre en compte le temps nécessaire au lancement de l’activité.

Filet de sécurité n°3 : la formation

Dans l’idéal, formez-vous tant que vous occupez votre poste. Certes, c’est parfois usant et ça demande quelques sacrifices. Néanmoins, cela vous permettra de gagner du temps lorsque vous aurez sauté le pas. Il existe de plus en plus de formations destinées aux actifs. Renseignez-vous. Cela peut prendre la forme de cours du soir. Il y a aussi beaucoup de formations proposant des formules qui vous permettront de travailler à votre rythme.

Oser la reconversion professionnelle n’est vraiment pas évident. Entre la peur de quitter sa zone de confort et l’envie de se projeter, vous vous sentirez constamment tiraillé. Une angoisse trop présente vous pétrifiera et vous empêchera toujours d’avancer. De même qu’une forte impulsivité vous mettra en danger. L’idéal est de trouver un juste équilibre entre les deux.

Il y a des périodes dans la vie où on sent bien que c’est le moment d’aller de l’avant. Alors, si vous avez pris le temps de mûrir votre projet et de le sécuriser, il n’y aucune raison de rester prisonnier d’une situation qui vous rend malheureux. On passe la majeure partie de notre temps à travailler. Autant que ce soit agréable et motivant. 😁

Oser la reconversion professionnelle, c’est se libérer de ses entraves. Il faut parfois accepter le changement. En tout cas, un nouveau projet est une source inépuisable d’énergie, d’épanouissement et de fierté. Alors, avez-vous osé la reconversion professionnelle ? Vous apprêtez-vous à franchir le pas ? Quels sont les freins qui vous empêchent de le faire pour le moment ? Croyez en vous. On possède souvent plus de ressources intérieures qu’on le pense. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.