Être parent

Cinq principes éducatifs qu’on a abandonnés

Lorsqu’on attend son premier enfant, on est pétri de bonnes intentions et de principes éducatifs. D’ailleurs, on a eu l’occasion d’observer à loisir la manière dont procédaient les autres parents. Parce que, oui, oui, on fera forcément mieux. Non, non, non, nous ne céderons point aux sirènes des écrans. Manger équilibrer? Cela va de soi! Bon, on ne va pas se mentir, il y a ce que l’on fantasme au préalable et… la réalité!😱 En ce qui nous concerne, nous sommes plutôt satisfaits du cadre qu’on a réussi à mettre en place, non sans mal parfois. Néanmoins, il y a un décalage entre ce que nous projetions avant la naissance de notre fils et le quotidien. Voici cinq principes éducatifs qu’on a abandonnés à la maison, que ce soit au fil des mois ou au fil des ans.

Si vous aussi, vous vous dites parfois que vous avez raté des choses, sachez que vous n’êtes PAS SEULS. Être parent, c’est tâtonner, se tromper, bouger les lignes, et grandir. Et si on se plante, on fera mieux la prochaine fois (enfin, on espère)!

À la facilité des écrans nous ne céderons point!

Je mets tout de suite les pieds dans le plat. Commençons par le sujet brûlant des écrans. On était pourtant prévenus. Pas d’écran avant trois ans! Cale nuit gravement au développement des petits! Si vous laissez votre progéniture trop longtemps devant une télévision, c’est de la négligence! On s’était dit qu’on régulerait le temps passé devant les écrans, que notre fils ne regarderait pas trop de dessins animés, trop souvent. Nous jouerions avec lui, l’occuperions grâce à des activités manuelles et ces écrans diaboliques resteraient dans leur coin.😈

Alors sur le papier c’est bien beau, mais dans les faits ce n’est pas toujours possible. Parce que cela représente une solution de facilité, mon fils reste parfois deux heures devant la télévision. Il consomme principalement des dessins animés. D’ailleurs, je ne peux plus voir Peppa pig en peinture. Pendant ce temps, je travaille, je m’attelle à diverses tâches ou je prends le temps de souffler, tout simplement. Et je bénis les écrans dans ces moments-là.

Certes, je ne l’abandonne pas toute la journée devant la télé. De la même manière, il on lui a offert un ordinateur éducatif vers deux ans et demi. Là, clairement, on a bien capté le pouvoir d’absorption des écrans. Lorsqu’on lui donne, il a le droit d’y jouer pendant une heure. Finalement, le principe du zéro écran est bien loin.

Cinq fruits et légumes par jour nous lui donnerons!

Pour une alimentation équilibrée, il est recommandé de manger cinq fruits et légumes par jour. Bien entendu, il est question de portions. Lorsqu’on a commencé la diversification alimentaire, je m’imaginais déjà confectionner moult compotes et purées, la mine radieuse. Avec la reprise du travail, cela est vite devenu ingérable. J’ai donc dû zapper cette envie qui ne m’apportait que du stress (et une bonne dose de charge mentale supplémentaire).

Maintenant que Sandro mange comme nous, cela n’est pas forcément plus évident au quotidien. Pourtant, nous sommes des adaptes du fait-maison et le batch-cooking simplifie l’organisation des menus hebdomadaires. On tente de caser des légumes dans nos plats la plupart du temps. On consomme également des fruits. Cependant, je fais beaucouuuuup de gâteaux alors, au goûter, c’est souvent pâtisseries à gogo.😜

Lorsqu’on fait le compte, les cinq portions de fruits et légumes ne sont pas au rendez-vous tous les jours. À la maison, on tourne plutôt autour de deux ou trois portions quotidiennes. Voilà donc encore un beau principe que nous n’appliquons que partiellement.

Un rituel du soir ultra organisé nous adopterons!

Le fameux rituel du soir. Vous savez, le rituel parfait qu’on voit dans Super Nanny, celui que les enfants et les parents suivent avec application en filant droit. Franchement, c’est hyper long ce truc! Avant la naissance de Sandro, je m’imaginais, calme et détendue, lui narrant une histoire après lui avoir chanté sa comptine favorite du moment. Dans un monde idéal peut-être.

Perso, le soir, je ressemble à une baleine échouée. J’ai le cerveau éclaté à cause de la journée que j’ai passée au collège. Oui, car gérer des collégiens au quotidien, ça vous bousille un cerveau ma bonne dame.🤯 Quand on en a les capacités mentales le soir, on lit une histoire à notre loulou. Mais ce n’est pas systématique. Il n’a pas l’air traumatisé d’ailleurs. Vous pouvez nous blâmer!😅 Lorsque j’use de mes talents de conteuses pour lui lire une histoire, il est étalé avec nous dans le canapé. Et ensuite, c’est un câlin, un bisou et au lit.

Jamais, au grand jamais, nous ne nous énerverons!

Communiquer. C’est ce que je tente d’appliquer au quotidien dans ma vie personnelle et dans ma vie professionnelle. De toute façon, je ne peux pas frapper les ados que j’ai en face de moi.🤬 Je précise que c’est de l’humour. Une fois de plus, je m’imaginais en mère zen, la voix douce et le ton ferme. Je me disais que je ne m’énerverais jamais sur mon enfant.

La plupart du temps, j’arrive à m’exprimer sans hurler. Cependant, la fatigue de la fin de journée aidant, j’ai perdu patience plus d’une fois. Finalement, la mère sereine que j’imaginais a plutôt une voix de docker! Il y a encore du boulot. Alors parlons, expliquons, tentons de comprendre. Mais cessons de culpabiliser quand nous sortons de nos gonds.

Des modèles de perfection nous incarnerons!

Parmi les cinq principes éducatifs que nous avons abandonnés, il y en a un qui était hors d’atteinte dès le départ. On est d’accord pour affirmer que nous sommes tous des parangons d’imperfection? Des paran- quoi?🤨 Des modèles je veux dire. Je ne peux jamais placer ce mot quand je parle alors je me fais plaisir ici. Je pense que, quand on apprend le métier de parent, on se heurte à l’image que les autres parents (modèles) nous renvoient, sur les réseaux sociaux notamment. On se fracasse aussi contre les histoires policées que les autres parents nous racontent, et on se pique aux recettes miracles d’éducation qui fonctionnent (ou pas d’ailleurs) chez eux.

J’en suis revenue. Déjà parce que chaque famille est unique, chaque parent est unique, et surtout, CHAQUE ENFANT EST UNIQUE. Détachons-nous de cette quête de perfection qui porte toujours en bandoulière une bonne dose de culpabilité. Je me rappelle tout ce que j’avais fantasmé. Par exemple, je m’imaginais, gérant tout de front, toujours disponible pour mon enfant. Et bien, parfois, ce n’est pas le cas. Il faut l’accepter. C’est pareil pour mon conjoint. On a tous des hauts et des bas.

Il est bien difficile d’appliquer le fantasme du parent parfait au quotidien. Ces cinq principes éducatifs qu’on a abandonnés le reflètent bien. Nous nous sommes aperçu que nous remplirions notre rôle de parents, accompagnés de nos imperfections. C’est certainement ce qui fait notre charme.

En tant que parents néophytes, on avance un peu à tâtons. Ce qui est valable dans une famille ne l’est pas forcément dans une autre. De même, ce qui fonctionne avec un enfant ne fonctionnera pas automatiquement avec un autre. L’essentiel, à mon sens, reste l’amour que l’on porte à son petit et les bons moments que l’on partage au quotidien.

Rassurez-moi, chez vous aussi il y a des règles que vous avez délaissées? Parmi les cinq principes éducatifs que nous avons abandonnés chez nous, y en a-t-il certains que vous avez mis de côté? Je serais ravie (et rassurée) de découvrir lesquels en commentaire.😉

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.